5 conseils pour garder vos donateurs

Vous vous donnez sans doute beaucoup de mal pour acquérir de nouveaux donateurs car la concurrence est rude. Mais que faites vous pour les garder ? comment garder le contact et maintenir leur motivation ? Pourquoi ne donnent-ils pas une seconde fois ?

Voici 5 stratégies pour que vos donateurs ne vous oublient pas.

Rappelez aux donateurs qu’ils ont donné

Le temps passant, vos donateurs vont naturellement oublié que vous existez … à moins de garder le contact.

Il n’est pas suffisant de remercier automatiquement un donateur suite à un don. Chaque donateur doit recevoir à intervalle régulier un rappel du travail que vous faites grâce à leur don et à quel point il joue un rôle important dans votre association.

Dites aux donateurs qu’ils comptent

Les donateurs ont besoin de savoir que leurs contributions font une différence. D’après une étude 5% des donateurs partent parce qu’ils pensent que l’association n’a pas besoin d’eux.

Communiquez sur la part des dons dans le financement global de votre association.

Dites aux donateurs comment leur argent est utilisé

Les donateurs veulent savoir comment leur don est utilisé. Ils n’ont pas besoin d’un budget détaillé, juste ce que leur don finance.

Publiez régulièrement des mises à jour de vos projets et racontez des histoires sur votre blog et sur votre lettre d’information. Partagez des photos de maisons en train de se construire, d’enfants souriants fièrement de ce qu’ils ont accompli.

Dites merci

Le remerciement rappelle ce que veut dire être humain, être connecté avec les autres. Pourtant d’après une étude, 13% des donateurs partent parce qu’ils n’ont pas été remerciés.

Soignez le message de remerciement. Ne soyez pas radin, votre donateur doit se souvenir de la chaleur de vos propos.

Fournissez un service client de premier plan

18% des donateurs partent par manque de communication. Soyez à l’écoute de vos donateurs, répondez à leurs demandes, anticipez leurs besoins, communiquez de manière professionnelle et systématique.

Oubliez vos fichiez Excel. Seul un logiciel de CRM professionnel peut vous permettre ce niveau de qualité requis pour fidéliser vos donateurs.

4 conseils pour le site Web de votre association

Faites simple

  • Oui : Touchez émotionnellement vos visiteurs
  • Non : Obliger les visiteurs à réfléchir

Vous avez seulement quelques secondes pour capter l’attention d’un visiteur. S’il n’est pas émotionnellement touché, vous le perdez. L’image et le texte d’accroche de couverture doivent provoquer un sentiment. Créez un titre de 3 à 8 mots écrits en gros caractères et optionnellement une accroche de 10 à 25 mots. Ne mettez aucune image de mauvaise qualité en couverture. Mieux vaut ne mettre qu’une seule image de qualité (1200 à 2000 pixels de large en jpeg 50%).

Soyez clair

  • Oui : Expliquez clairement ce que vous faites
  • Non : Remplissez votre site de gadget visuels et de mots inutiles

Ne vous sentez pas obligé de remplir votre site de textes et d’images, de bouton et d’animations, d’effets visuels et d’icônes graphiques.

La charge cognitive est l’énergie nécessaire à un visiteur pour comprendre votre site Web. Si cela prends trop de temps, il risque de quitter votre site avec le mauvais message ou avant même d’avoir compris quoi que ce soit.

Inviter à agir

  • Oui : Votre site doit avoir des invitations à agir.
  • Non : Eviter les boutons Donner à répétition

Tout site Web doit avoir un bouton Donner. Mais il a d’autres moyens d’inviter les visiteurs à donner.

Toute action que va faire un visiteur va consolider sa relation avec votre association. Soyez créatif et multipliez les actions possibles (liker, visionner une vidéo de votre chaîne YouTube, partager une adresse, porter un t-shirt, acheter un produit, créer une page perso de crowdfunding peer to peer, envoyer une photo…).

Pensez au mobile

  • Oui : Récoltez un maximum d’avis sur votre site Web depuis plusieurs terminaux
  • Non : Négligez la version mobile

De plus en plus de personnes surfent depuis un mobile, surtout depuis leur domicile à des moments ou elles sont plus aptes à écouter. Il y a des chances qu’elles vous découvre depuis leur mobile, même si le trafic depuis un PC est plus important.

Guide du fundraising peer to peer

Le fundraising peer to peer est un processus qui permet à des personnes de lever des fonds pour votre association via leur propre page d’appel aux dons en ligne. L’idée est de transformer vos contacts en fundraiser le temps d’une campagne.

Comment fonctionne le fundraising peer to peer

Le processus se déroule en général en 5 étapes :

  • Votre association défini le projet global et crée une landing page projet
  • Vous lancez une campagne pour recruter vos fundraisers en les encourageant à créer leur propre page
  • Vous leur fournissez les moyens pour créer et promouvoir leur page
  • Vos fundraisers font la promotion de leur page sur leur réseau
  • Vous analysez les résultats

Différence entre fundraising peer to peer et crowdfunding

Le crowdfunding consiste à lever une somme déterminée pour un projet bien définit en sollicitant des petits dons à tous les membres de son réseau. Le fundraising peer to peer repose sur le même principe sauf que l’idée est d’encourager chaque contact a créer sa page de crowdfunding à destination de son propre réseau. C’est du crowdfunding pyramidal.

Pourquoi le fundraising peer to peer fonctionne

Le fundraising peer to peer permet de profiter du réseau de chaque contact. Cela renforce également l’implication de vos donateurs à qui vous ne demandez pas que de l’argent mais une action de promotion, la création de leur page personnalisée. Vos donateurs se sentiront plus impliqués dans le fonctionnement de votre association après avoir levé des fonds pour vous.

Les donateurs aiment les campagnes de fundraising peer to peer car cela leur donne un moyen de partager ce qui leur tient à coeur avec leur famille et amis.

Les clés du succès des campagnes de fundraising peer to peer

Comme tout système pyramidal, le succès peut être impressionnant mais pas garanti. Il est important de jouer sur toutes les sources de motivation pour que la campagne ne retombe pas comme un soufflé.

Couplez votre campagne avec un événement pour rendre la création d’une page de personnelle naturelle et intéressante. ex : je participe au dansathon, je cours le marathon de Paris…

Mettez une date de fin. Vos fundraisers pourront concentrer leurs efforts. Vous pouvez même ne faire durer l’opération qu’une journée. Un événement récurrent peut rythmer les campagnes.

L’animation du réseau de départ est crucial. Les fidèles et les proches doivent être solliciter en premier afin que le démarrage soit une réussite qui encourage les contacts plus éloignés et plus difficile à motiver.

L’engagement des donateurs est critique. Comment vous en sortez-vous ?

Connaissez-vous le taux de rétention moyen des donateurs et son évolution ces dernières années ? Sur les 5 dernières années, le taux de rétention des donateurs a évolué entre 44% et 46%. Ce n’est pas bon.

Acquérir de nouveaux donateurs est de plus en plus difficile et de plus en plus coûteux. Prenez le sujet au sérieux et prenez soin de vos donateurs.

Comment ?

Tenez compte du fait que le fundraising ne se limite pas à demander mais à entretenir des relations dans le temps et à vous demander comment les donateurs voient votre association.

Raisonnez parcours donateur en partant de la première visite, puis du premier don, et au delà.

Remerciez le donateur correctement et rapidement

N’attendez pas pour remercier vos donateurs. Remerciez immédiatement après avoir enregistrer le don. Mettez au point un automatisme dans votre CRM.

Remerciez chaleureusement en rappelant le montant du don et à quoi il va servir. Adoptez un ton personnel comme si le remerciement venait d’une personne et non d’une organisation. Dites pourquoi et à quel point votre donateur est important pour vous.

Montrez leur ce qu’ils ont accompli

Envoyer des lettres d’informations régulièrement pour montrer l’avancement de vos projets. Cela donnera une occasion à vos donateurs de donner une seconde fois.

Personnalisez votre lettre d’information. Rappelez le nom du donateur et ses derniers dons. Invitez vos donateurs à des événements.

Demandez leur un avis

Les retours sont souvent absents du processus de fundraising. C’est pourtant une étape importante du parcours donateur. S’ils ont des critiques à faire, il est bon de les connaitre. S’ils critiquent, c’est que ce que vous faites compte pour eux.

Faites donc des sondages de temps en temps. Enregistrez dans votre CRM qui a répondu. Analysez les réponses.

Premier don

Faites un communication adaptée au premier don. Souhaitez la bienvenue dans la communauté des donateurs. Créez un parcours spécifique aux nouveaux donateurs (remerciement, résultats, sondage, nouvelle sollicitation quelques mois plus tard).

Si vous n’automatisez pas un parcours donateur, ils finiront par vous oublier, et c’est ce que vous voulez éviter.

Comment créer le site Web de mon association en 2020

Difficile de s’y retrouver devant la multiplications des plateformes et des technologies. Voici un guide synthétique des offres du marché.

Les CMS traditionnels : datant des années 2000, les CMS (Content Management System ou Système de Gestion de Contenu) sont des applications permettant de saisir du contenu dans un éditeur de texte riche et de le publier sous forme de blog ou de site Web. De cet époque il ne reste plus que WordPress qui est devenu LE leader du marché des CMS alors que les Joomla ou Drupal disparaissent peu à peu avec 3 ou 4%. WordPress a commencé dans les blogs pour ensuite se diversifier vers les site Web et les boutiques. WordPress est également passé au Cloud.

  • Pour : écosystème très large, prestataires et templates à profusion.
  • Contre : technologie et concepts un peu dépassés.

Le développement HTML : il est toujours opportun de faire un site en HTML si on souhaite un design très travaillé et qu’il n’y a pas de contenu dynamique à mettre à jour régulièrement. On utilisera donc le HTML5 et les CSS pour coder la page. Pour aller plus vite, il existe des frameworks comme Bootstrap. Il est également possible d’acheter des templates HTML ou Bootstrap qu’il suffit de retravailler. Pour être dans l’ère du temps, on hébergera les pages sur un cloud Amazon.

  • Pour : flexibilité, optimisation du code, pas de prestataire intermédiaire.
  • Contre : demande des connaissances techniques

Les CMS nouvelle génération : on n’arrête pas le progrès, de nouveaux concepts voient le jour. J’en citerais deux qui paraissent prometteurs. No Code CMS ou la promesse de faire un site Web moderne, dynamique et responsive sans jamais coder. On citera Wix, SquareSpace, Webflow, MailChimp, VerticalSoft, AssoConnect). Headless CMS : le principe est de créer des bases de contenu brut et de les diffuser vers toutes vos applications (sites, blogs, crm, plateforme marketing…) sous forme api. On citera : Butter CMS, ContentFull, Strapi, KenticoCloud, Prismic.io … Le rendu Web se fera alors sur les tous derniers frameworks javascript comme React ou Vue.js.

  • Pour : c’est l’avenir
  • Contre : manque de maturité

VerticalSoft intègre Stripe Elements

Stripe elements permet de développer de très beaux formulaires de paiement offrant la meilleure expérience possible pour vos membres et donateurs. Suivant l’adage LESS IS MORE, Stripe a combiné dans un champ unique la saisie du numéro de carte bancaire, de la date d’expiration, du code de sécurité et du code postal.

N’oubliez pas que ce sont les détails qui font la différence.

stripeelement

Faites un essai de Stripe elements

Validation en temps réel

Fournit des commentaires en temps réel au fur et à mesure de la saisie de votre utilisateur. Si le numéro de carte n’est pas valide, l’utilisateur est immédiatement prévenu.

Localisation en fonction du pays

Le champ est traduit en temps réel au fur et à mesure de la saisie du numéro de carte, et offre les champs adaptés au pays de l’utilisateur.

Formatage et masquage des numéros

Le type de carte (VISA, AMEX, DISCOVER…) est détecté au fur et à mesure de la saisie. Le masquage des numéro reprends en temps réel celui de la carte pour faciliter la saisie.

La fiscalité du mécénat

La loi n° 2003-709 du 1er août 2003, dite « loi Aillagon » relative au mécénat, aux associations et aux fondations incite les entreprises à soutenir les projets associatifs communs.

L’aide accordée par votre mécène entraîne une réduction d’impôts (IR ou IS) égale à 60 % du montant de l’aide dans la 0,5 % du chiffre d’affaires HT (Art 238 bis du CGI). En cas de dépassement de cette limite ou si la réduction dépasse l’impôt à acquitter, il est possible de le reporter le solde sur 5 ans.

Pour le mécénat en nature, les biens immobilisés sont valorisés à leur valeur vénale, les stocks à leur valeur comptable (-50% pour les produits alimentaires donnés dans les 3 derniers jours de leurs date limite de consommation) et les prestations de services à leur prix de revient (heures passées au salaire brut + cotisations).

Pour les produits alimentaires, le prix du transport, s’il est pris en charge par le mécène, peut être ajouté au don.

Si le calcul est complexe (prestation comprenant salaire et produits), faite le faire par votre expert-comptable.

Un exploitant individuel a intérêt à choisir le régime des particulier plus avantageux.

Exemple de calcul :
Une entreprise fait un chiffre d’affaires de 8 M€ peut effectuer un don jusqu’à 40 000 € (5 ‰ de 8 M€).
Si elle a réalisé un bénéfice de 90 000 € elle devrait acquitter un impôt de 30 000 €.
En faisant un don, elle réduira son impôt de 24 000 € (60 % du don de 40 000 €) et ne paiera plus que 6 000 € d’impôt sur les bénéfices (30 000–24 000)

Le coût réel du don sera donc de 16 000€ (40 000–24 000).

Votre association doit-elle faire du mécénat ?

Le mécénat permet à l’association de diversifier ses sources de financement, de pérenniser son activité et de travailler avec des acteurs économiques locaux.

Le mécénat est une aide matérielle à un projet présentant un intérêt général. Il n’y a pas de domaine légalement défini. Le projet peut concerner la culture, la solidarité, l’environnement, le sport ou les sciences. En 2016, 170 000 entreprises se sont investi dans des projets de mécénat et ont financé à hauteur de 3,5 millions d’euros, majoritairement dans les domaines du social et de la culture.

La loi n° 2003-709 du 1er août 2003, dite « loi Aillagon » relative au mécénat, aux associations et aux fondations accorde des avantages fiscaux aux entreprises mécènes, les incitant ainsi à soutenir les projets associatifs communs.

Le point important est que cette aide doit être sans contrepartie, en dehors de la citation du nom du mécène dans la communication de l’association ou un support (panneau, t-shirt etc.), ou de remerciement lors d’un événement.

Si l’opération vise à retirer un bénéfice commercial direct, en faisant par exemple de la publicité de produits ou de services dans la communication de l’association, il ne s’agit plus de mécénat mais de parrainage ou sponsoring. Les conséquences fiscales ne sont pas les mêmes.

Les formes de mécénat sont :

  • Le mécénat financier ou don en numéraire
  • Le mécénat en nature ou don de biens matériels
  • Le mécénat de compétence par l’implication des salariés dans le projet

Siège d’une association à la mairie

Le siège social, c’est à dire le domicile légal et stable d’une association est une mention obligatoire des statuts. On l’indique en général dans l’article 2, après la dénomination.

Il est préférable de domicilier l’association dans un lieu où il est possible d’organiser des réunions et d’accueillir les membres de l’association. Une simple boite postale où recevoir le courrier n’est pas conseillé.

Il peut être situé à la mairie ou tout autre bâtiment appartenant à la commune (maison des associations, centre social, etc.). L’association doit faire une demande écrite, de préférence par lettre recommandée avec avis de réception. La mairie n’est pas obligée d’accepter et peut demander une redevance.

Voici un modèle de demande de domiciliation :

Objet : Demande de domiciliation de l'association xxx

Madame, Monsieur,

Nous souhaitons créer notre association xxx dans votre commune.

Ne disposant pas de local, j'ai l'honneur de vous demander de nous permettre de domicilier notre association à la mairie de la commune ou tout autre lieu communal que vous estimeriez adapté, et de pouvoir si possible profiter d'une salle à l'occasion pour réunir nos membres.

L'objet de notre association est le suivant : xxx

Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement supplémentaire utile à l'aboutissement de notre demande.

Je vous remercie par avance du traitement de cette dernière et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

+44% en 2017 pour le crowdfunding en France mais seulement 14% de projets associatifs

KPMG et l’association Financement Participatif France publient le baromètre de référence de la finance participative (ou crowdfunding) en France.

Quelques chiffres à retenir :

  • +44% pour le crowdfunding avec 336 millions d’euros
  • +20% pour les dons avec contreparties (+102% pour les prêts)
  • 3 892 044 financeurs
  • 14% seulement d’associations (65% de PME)

Un constat surprenant donc, les associations et les projets sociaux ne représente que 14% du crowdfunding ! Ce sont toujours les startup et PME qui profitent de ce financement pour vendre des produits. Une représentation qui représente certes la part de l’ESS dans l’économie, mais on pourrait s’attendre à ce que le secteur social soit plus présent.